Quoi ? : Trattoria
Où ? : 83 Boulevard Longchamp 13001 Marseille
Quand ? : mardi > samedi soir
Combien ? : Cocktails de 5 à 7 € / Assiettes entre 6 et 14 €
Transport ? : T2 Arrêt national / M1 Réformés
Des Questions ? : 07 81 02 21 47
Un lien ? : Cliquez-ici

Un angle de rue, un bout de trottoir, il n’en fallait pas plus pour que le chef Jéjé Barbu nous donne une version de la Cène, façon dolce vita. Debouts ou assis, on y partage sans chichi la bonne humeur et les bons petits plats.

On connaissait déjà le talent en cuisine de Jérôme Benoit.  Un chef bouillonnant et tourbillonnant qui a multiplié les projets culinaires ces dernières années, au risque de se perdre et de nous perdre. L’ouverture de cette petite trattoria juste en face de son restaurant Mémé semble enfin correspondre aux aspirations de ce showman des fourneaux qui n’aime rien tant qu’être en contact de ses clients.

Les petits plats préparés n’ont plus qu’à être réchauffés dans cette annexe transalpine de l’autre côté du boulevard Longchamp dans laquelle il virevolte, tel un cabris, torchon sur l’épaule.  Derrière le long comptoir, une version de la célèbre Cène par l’illustratrice Marie Laas le dépeint d’ailleurs en funky maître de cérémonie d’un banquet sans chichi où l’on se régale à la volée.

Car Jéjé assume son côté brouillon, il le revendique même.  C’est ce qui permet à sa carte d’être pleine de surprises selon les arrivages de petits récoltants ou d’amis pêcheurs ou producteurs de passage. Résultats des courses, des petits plats toujours surprenants et changeants : burrata au pesto de pêche de vigne, poivrons marinées et sashimi de loup, vitello tonato et sa mayonnaise d’anchois, ravioles de daurade et gaspacho de tomate paysanne, et tant d’autres plats qui croisent les spécialités ritales avec d’autres rivages.

 

Une improvisation dans le menu mais pas dans la préparation. Il y a de l’idée mais surtout du goût car les produits sourçés sont de qualité.  Le dessert du jour est annoncé à la voix  et les petits plats (régulièrement qualifiés de « casse-chicot » dans son jargon) sont effectivement presque toujours à la hauteur et souvent bien au-dessus.

Ouvert sur un boulevard qui ne voit défiler que  le ballet des tramways, vous pourrez aussi y déguster tranquillement de bons cocktails (Bellini, Spritz, Amaretto et Negroni en tête bien sûr) avec des assiettes de charcuterie de compétition (jambon de parme, jambon à l’os à la truffe, mortadelle, etc)

Le Petit Plus : Une fois par mois, c’est le mercredi des minots (de 5 à 12 ans). De 12 h à 14h, ils découvrent la cuisine d’un  chef et se régalent à l’œil.

(E.F)