Quoi ? : Restaurant et Bar à tapas
Où ? : 24 Rue Châteaubriand 13007 Marseille
Quand ? : Ouvert les jeudis et vendredis de 19h à 01h, sans réservation
Combien ? : Verres de Vin 4 € / Bières artisanales 5 € / Cocktails 9-11 € / Planches (Charcuterie/fromage) 12 € / Petits Plats 9 à 11 €
Transport ? : Bus 54 et 83 arrêt Place du 4 septembre
Des Questions ? : 06 26 27 56 00
Un lien ? : Cliquez-ici

Après ses nombreux hold-up sur la nuit marseillaise dans des lieux improbables, la bande de Borderline s’est mise au chaud pour l’hiver dans ses nouveaux quartiers. En invitant chaque mois de nouveaux complices aux fourneaux, elle vous met dans la combine de soirées comme à la maison.

Ils ont gardé la devanture originelle de la pâtisserie de quartier ainsi que le signalétique du précédent occupant (nb: le designer Jérôme Dumetz) comme pour mieux tromper l’ennemi :  le mauvais coucheur et le triste sire. Vous ne viendrez donc pas par hasard dans la nouvelle planque de Borderline mais uniquement par le bouche à oreilles – ou le bouche à bouche si vous êtes en mode love 🙂 Quant aux habitués des soirées en plein air du collectif, ils ne seront plus dépourvus quand l’hiver sera venu.

Passé un petit sas transformé en salle à manger, vous descendrez donc dix pieds sous terre pour découvrir des surprenantes caves réaménagées de fond en comble.  Un long comptoir à carreaux émaillés abrite le bar et la cuisine, tandis qu’une salle dérobée aux faux airs de speakeasy accueille la restauration.  Lumière tamisée et chaude ambiance, on y parlemente sur des tables hautes ou l’on y susurre des confidences sur des banquettes entre deux cocktails épicés.

 

L’établissement souhaite se faire rare en n’ouvrant ses portes que deux fois par semaine, les jeudis et vendredis pendant 6 mois (de novembre à Avril), réservant les autres jours de la semaine aux événements privatifs. Il accueille un chef différent tous les mois à qui il revient de concocter une petite carte venant compléter les planches de fromages et de charcuterie.

Si l’on ne s’étonne guère de la qualité des sélections musicales et de l’acoustique du lieu, fonds de commerce de ces serials noceurs oblige, on apprécie les propositions culinaires dans une jolie vaisselle qui transforment l’apéro-tapas en véritable buffet gourmet.  Cette planque connaîtra à n’en pas douter meilleure fortune que le film dont son nom est tiré et dont l’affiche trône au côté du puits de lumière.

Le Petit Plus :  Le fumoir évitera aux grilleurs de cigarettes ne faire le pied de grue dans le froid à l’extérieur.

(E.F)