Quoi ? : Cuisine du marché
Où ? : 9 Cours Saint-Louis 13001 Marseille
Combien ? : Menu midi: 21 € (entrée-plat) - 26 € (entrée-plat-dessert) / Menu unique soir 39 € / Vin verre 4 € - 9€
Transport ? : M2 et T2/T3 Noailles
Des Questions ? : 04 91 06 18 44
Un lien ? : Cliquez-ici

Avec sa cuisine ouverte, ses belles bouteilles de petits vignerons et un personnel aux petits soins, cette nouvelle adresse vous régale d'une délicieuse cuisine du marché. Postez-vous derrière le comptoir pour regarder Harry et sa joyeuse équipe en action.

Après trois ans de pérégrinations culinaires autour du monde, le trio du Paris Pop-up a ancré son premier restaurant indépendant à Marseille. Après avoir tissé des années d’expériences à Londres, Paris, Montréal et ailleurs, Harry, Laura et Julia ont transformé une vieille mercerie de Noailles en un lieu convivial. Le fil sera donc bien le conducteur du projet, depuis l’énigmatique logo jusqu’aux ampoules qui pendent du plafond tel un ciel étoilé.

Après un accueil à l’anglo-saxonne de Laura ou Julia (c’est-à-dire souriant, pro et efficace) dont certains commerces gagneraient à s’inspirer, les convives ont le choix entre deux options. Prendre place en salle sur de très belles chaises vintage (nb : des collectors de designers produites pour Ikea dans les années 80) et des tables en bois asymétriques, faites sur mesure pour filer le parfait amour avec cette brute de mur. Ou bien poser leur séant sur les confortables tabourets en feutrine de l’un des plus longs comptoirs de la ville. En duo ou en solo, c’est le poste d’observation idéal pour regarder le chef et la jeune brigade en action dans cette impressionnante cuisine ouverte qui n’a rien à cacher.

 

Vêtu de tabliers à rayures et de t-shirts noirs à l’enseigne, le chef Harry Cummins et son équipe élaborent des plats raffinés qui mêlent à l’envie les ingrédients locaux aux saveurs de leurs voyages lointains. Dans cette cuisine de produits, le menu change chaque semaine en fonction des trouvailles saisonnières auprès des paysans locaux (ah le goût des légumes de l’orfèvre Jean-Baptiste Anfosso!). Deux ou trois entrées, plats et desserts et le soir un menu dégustation en 4 services seulement, car en cuisine l’adage « plus c’est long, plus c’est bon » n’est pas de mise.

Alors on s’amuse à se faire goûter tous les plats de la carte : tremper son pain fraîchement cuit avec la farine artisanale de Philipe Guichart dans une soupe aux épinards verdoyante et son œuf parfait. Piter le duo terre-mer de moules fumées sur un lit de poireaux et fine ventrèche de Bigorre. Se régaler d’une cuisse de canard confite légèrement saisie puis fumée dans le Big Green Egg (BBQ en céramique au charbon) qui gardé toute sa tendreté et le croquant de sa peau, ou bien fondre pour un loup de mer parfumé au kumquat. Les desserts maison aussi ne manquent pas de piquant. La tarte au citron et la glace kiwi-Miso ne laissent de nous surprendre.

Les plats dressés sous nos yeux sont servis sur de magnifiques assiettes faites à la main par Jeff Rogers, un ami potier d’Arles (ou l’équipe possède toujours le désormais fameux Chardon). En sommelière passionnée de vins naturels  qu’elle appelle les « vins vivants », Laura nous suggère des accords mets-vins judicieux avec une excellente sélection même au verre. Le « Cante Gau » du Domaine de la Réaltière ne sera pas forcément une surprise pour ceux qui aiment les bons blancs de Provence mais le « Visan Zinzin » de Mathieu Barret sera une très belle découverte pour les amateurs de Côte du Rhône.

La Mercerie vient contenter à merveille l’appétit de Noailles , « le ventre du Marseille »,  pour la nouveauté aux côtés des belles maisons de famille. Et méfi, la bonne humeur c’est contagieux (A.S/EF)

Le Petit Plus : L’ouverture le dimanche midi pour un repas de famille moins ronflant 🙂