Quoi ? : Bar tabac bistrot
Où ? : 372 Rue d'Endoume Marse ille
Quand ? : Mercredi au vendredi le midi
Combien ? : Entrées 6-7 € / Plat 12-15 € / Dessert 6 €
Transport ? : Bus 80 (arrêt Terminus Eglise d'Endoume)
Des Questions ? : 04 91 52 04 92 / 06 07 05 54 23
Un lien ? : Cliquez-ici

Endoume, terminus, tout le monde descend. Direction un bistroquet de quartier resté dans son jus. Léa s’y invite avec ses marmites quelques jours par semaine et sa petite cuisine a déjà tout d’une grande.

 

Quelques habitués, habitants du quartier et touristes paumés cherchant le Vallon des Auffes venaient jusqu’à maintenant y chercher leur tabac, siffler Pac à l’eau ou descendre un pastis. On viendra désormais découvrir ce point de chute improbable et son patron bougon aussi pour la cuisine de Léa.

Après l’école hôtelière, Léa Bizalion a usé ses tabliers dans de nombreuses cuisines illustres de Paris (Le George V, le Mandarin Oriental…) Londres (chez Antonin Bonnet) et Marseille (à l’Épuisette et chez Gérald Passédat). De retour dans sa ville d’adoption, elle a souhaité partager son savoir-faire plus simplement. Et ce petit bar de quartier à deux pas de l’église d’Endoume et du terminus de la ligne de bus 80 (d’où le nom CQFD) lui a ouvert ses portes pour donner un coup de frais à sa cuisine.

Derrière les carreaux pastel de sa façade, le bistrot de son quartier ne semble pas avoir bougé depuis les années soixante. Sols à damier, banquettes de moleskine rouge, fresque naïve de la calanque de Fausse Monnaie d’avant le Petit Nice. Et malgré les croutes et quelques kitscheries accrochées aux murs comme cette salamandre géante, on est soulagé de ne pas voir le sempiternel world mix déco (indus, néo-rétro, scandinave, etc.) qu’on nous sert jusqu’à la nausée.

 

Les classiques de la cuisine française que prépare la jeune femme avec des produits bio du marché paysan sont même raccords avec le décor. Ce jour-là des œufs mimosa, petits choux farcis aux chanterelles, châtaignes, et une tarte tatin pour un menu simple mais excellemment réalisé (du goût bordel !). Le tout servi dans de jolies assiettes avec un dressage comme on en rencontre guère dans les bistrots de quartier, ce qui ne gâte rien au goût vous en conviendrez. Ne manquent plus que quelques bons vins de pays et nous serions aux anges.

Quant à la petite cour que l’on aperçoit au fond de la salle, elle devrait rajouter encore du sel à cette escale culinaire hors du temps.

Le Petit Plus: Léa est aussi traiteur (cuisine de cœur) et peut cuisiner lors d’un événement et chez vous selon vos envies.