Quoi ? : Brasserie artisanale et bar à bières
Quand ? : Mercredi au samedi de 17 à 23h30
Combien ? : Bouteille 33cl à partir de 3€ / 75 cl à partir de 6€ / Growler consigné 15 € (à partir de septembre)/ Pression au Bar 3 à 4 € / Pinte 6 et 7 €
Transport ? : M1/2 et T3 Castellane
Un lien ? : Cliquez-ici

Le nom de cette nouvelle brasserie revendique fièrement son héritage provençal. Ceux de ses bières évoquent eux les petites îles de la rade. Mais c’est dans une ancienne carrosserie de Castellane que vous pourrez déguster ces mousses au goût du large.

« Tiboulen, Gaby, Riou, Maïre » et la toute petite dernière « Planier », ce sont les appellations pittoresques des toutes nouvelles bières qui viennent de débarquer sur les comptoirs marseillais. Avec leur jolies étiquettes (une identité visuelle bien léchée signée Bison Bleu), elles surfent sur l’engouement actuelle pour les bières artisanales qui voit se multiplier les micro-brasseries à l’échelle locale.

Une invitation au voyage qui trouve sa source à deux pas de la Place Castellane,  dans une ancienne Carrosserie que certains ont connu par le passé pour ses rendez-vous créatifs et festifs.

Avec ses 230 m3 et 8m de hauteur sous plafond, quel meilleur endroit en cœur de ville pour y installer un lieu de production (partie brasserie) avec des cuves et une unité d’embouteillage, mais aussi un grand comptoir et une salle de dégustation (partie bar). Ce que les anglo-saxons nomment en fait un Brew bar et qui n’existait pas vraiment encore à cette échelle à Marseille.

 

 

Ceci est l’aboutissement du projet d’un passionné de bières, Jérôme, rapidement rejoint par trois acolytes (Rémi, Geoff et Fabrice) bien décidés à se lancer dans cette aventure où chaque brasseur semble pouvoir trouver sa place en jouant le collectif. Signe de la bonne entente et d’un état d’esprit rare dans la secteur, ce nouveau venu propose aussi sur place les bières de ceux qu’ils nomment ses confrères (la Minote, Sulauze, Bière de la Plaine) plutôt que ses concurrents parmi les treize tireuses du comptoir. Des brasseurs pionniers sur Marseille auprès desquels Jérôme a appris le métier avant de proposer ses propres recettes. Une bonne bière n’est-elle pas avant tout mélange inspiré de malt et de houblon?

Une petite cuisine à trouver parmi les deux cents variétés de houblons que les brasseurs s’amusent à associer au malt (mélange d’orges et d’autres céréales comme le blé ou l’avoine) pour créer des couleurs plus ou moins foncées (selon l’intensité de la torréfaction), des saveurs plus ou moins aromatisés et des degrés d’amertume parmi les différentes bières proposées. Et il faut croire que nos brasseurs du cru ont déjà un sacré tour de main au dessus des cuves, car pour une fois on a vraiment envie de surfer sur ces mousses-là. Alors comme le propose l’interjection provençale « Zou (allez) maï (encore) !» qui lui a donné son nom, passez au lever de coude, de préférence au comptoir de ce grand rade qui accueille volontiers quelques groupes live bien énervés.

Le Petit Plus : visite commentée de la partie micro-brasserie pour les groupes pendant les heures d’ouverture du bar.

(E.F)