Quoi ? : Cuisine japonaise
Où ? : 31 rue Goudard 13005 Marseille
Quand ? : Mardi au samedi soir (sur réservation)
Combien ? : Environ 40 € pour le dîner
Des Questions ? : 06 80 92 98 65
Un lien ? : Cliquez-ici

C’est à un délicieux one man show culinaire que nous convie chaque soir Christian Qui, fine lame pour tendres chairs.

A l’image de la culture japonaise ce restaurant est du genre discret, planqué dans une petite rue derrière le Boulevard Chave. L’adresse de Christian Qui est pourtant loin d’être un tripot clandestin, plutôt de celle que l’on se refile entre initiés pour vivre une expérience culinaire hors-norme. Pas de brèves au comptoir mais de longues discussions possibles pour ceux et celles qui souhaitent comprendre la philosophie du lieu. Pas de carte non plus mais un menu improvisé  selon la pêche du jour. L’ancien paysagiste passé maître sushi adhère pleinement au mouvement « Slow Fish », une initiative qui émane du mouvement Slow Food et qui promeut la pêche côtière à petite échelle. Une démarche qui l’oblige parfois à ne pas ouvrir son restaurant s’il ne peut s’approvisionner en raison des conditions météo ou d’une mauvaise pêche de ses fournisseurs. Un gage de qualité et de fraîcheur surtout pour les clients qui pourront se régaler de thon rouge fondant tout droit venu des eaux de la côte bleue qui finira en délicieux sashimi, d’un merlan acheté sur le Vieux Port, poché avec ses œufs et recomposé dans le plat (sugata-mori) ou bien encore d’huîtres de Bouzigues allongées sur un lit d’algues et arrosées d’un filet d’huile d’olive. Les vins aussi ont fait l’objet d’un choix scrupuleux pour un accord parfait avec les différentes chairs crues. On terminera le repas ce soir là par une glace artisanale Tarentina au yuzu spécialement confectionnée pour le lieu et accompagnée d’une petite vodka premium. Il est déjà tard, on dépose une dernière galette de la  discothèque maison (très fun au demeurant) sur la vieille chaine stéréo en se promettant de revenir très vite. (EF)