Quoi ? : Espace de création et de diffusion artistique
Où ? : 21 bd de Tunis 13008 Marseille
Quand ? : Lors des événements ponctuels et sur RDV
Un lien ? : Cliquez-ici

A l’envers ou à l’endroit, ne prenez pas ce lieu au pied de la lettre car il dépasse de loin la simple figure de style. Dans cette maison l’art est vivant mais surtout libre de ses choix.

Au fond d’une avenue discrète des quartiers cossus, le portail d’une villa anonyme découvre des ressources insoupçonnées. Qui à connu la jungle dans laquelle était prisonnière cette grosse demeure, ni moche ni laide, mesurera les litres d’huile de coude nécessaires à rendre opérationnel un tel lieu. A la tête de cette opération commando, un triumvirat d’activistes de la scène culturelle et festive locale composé de Tito (Frontside Agency / Backside Gallery), Seb Fritsch (On-off Galerie) et des Rough Dandies (le crew du club One again) et une armée de travailleurs de l’ombre. L’union a fait la force des débuts lorsqu’il s’est agit de défricher un vaste parc de 4000m2, rénover serre, piscine et terrasses puis investir la maison proprement dite pour que les artistes puissent s’y exprimer. Elle fait dorénavant la complémentarité du lieu dans son fonctionnement. Car si la vocation première est d’accueillir les artistes en leur proposant tous les outils nécessaires à la création, depuis l’atelier et ses machines jusqu’aux cimaises variés (murs, plafonds, vitres, toiles), en passant par l’hébergement  (un studio y a même été aménagé), ce lieu hybride ouvert à tous les arts vivants s‘est aussi donné les moyens de son autonomie. La villa ouvre en effet ses portes à qui souhaite organiser un événement (séminaires, colloques, soirées, conférences de presse, lancements de produits, projets culturels) avec des prestations sur mesure dans un cadre atypique et non aseptisé. Elle propose aussi des espaces de travail à la location aux acteurs de l’art et de l’ère numérique. Background des initiateurs du projet oblige, ce sont principalement des figures de l’art urbain (Reso, Felipe Pantone, Gris1, Missy, Heng, Brusk, Sowat, Mlle Maurice et Tabas) qui ont posé leur signature sur les murs, portes, escaliers et plafonds de la demeure avant son ouverture. Une cohabitation picturale bluffante qui augure du meilleur pour la suite.  Dans une ville à la culture piquousée aux subventions publiques, ce lieu libre de ses choix et de ses actes est un joli pied de nez au contrôle de l’art par les institutions. Dans le parc, écureuils, hibou, perroquet et rainettes, loin d’être effrayés, semblent même avoir adopté leurs nouveaux colocs.(EF)